10 règles de journalisme utiles aux webmarketeurs

17 juin

Proposer à ses prospects du contenu de qualité est devenu la base de toute stratégie webmarketing. Voici 10 conseils venant d’une profession qui vit littéralement de son contenu: le journalisme.

journalLinkbaiting, présence sur les réseaux sociaux, lead nurturing, de plus en plus d’activités webmarketing nécessitent la publication régulière de contenu de qualité. Ce n’est pas pour rien que tout le monde répète que « Content is king ».

Cette situation relativement nouvelle pour les webmarketeurs est le lot des journalistes depuis toujours. Leur métier est d’informer leurs lecteurs sur les sujets qu’ils maîtrisent, grâce à des publications régulières.

Ajoutons que de plus en plus il leur faut offrir du contenu gratuit pour prouver leur valeur avant que leurs lecteurs n’envisagent de passer à l’achat.

Bref vous l’avez compris, un webmarketeur a tout intérêt à se pencher vers les techniques journalistiques pour s’améliorer. Raison pour laquelle je vous en ai sélectionné 10.

Les 10 commandements journalistiques du webmarketeur

1. De ton repère tu sortiras

Lorsqu’on leur confie un nouvel article, les bons journalistes ne s’installent pas derrière leur clavier. Ils attrapent leur téléphone, activent leur réseau et se déplacent sur le terrain pour trouver des sources qui leur proposeront des informations croustillantes.

De la même façon, les bons webmarketeurs comprennent que la création du contenu n’est qu’une petite partie du travail. Ils comprennent qu’ils doivent aller à la rencontre de leurs lecteurs, pour comprendre ce qui les intéresse et savoir de quoi ils doivent parler.

Ils savent aussi que le meilleur contenu du monde ne sert à rien si personne ne sait qu’il existe. Ils ne se contentent donc pas de publier leur contenu, ils le font connaître partout où se trouvent des internautes potentiellement intéressés.

2. La pyramide tu inverseras

Les bons contenus ont une structure en pyramide inversée. Ils commencent par des idées très larges, puis deviennent de plus en plus spécifiques.

Le principe est de commencer par présenter vos idées les plus importantes, pour les développer et les détailler ensuite. Je vous ai parlé de marketing internet et de création de contenu, puis de l’intérêt des techniques journalistiques pour créer du contenu. Ensuite je me suis focalisé sur 10 techniques en particulier, et pour finir je vous les développe.

Cette structure est valable pour des articles, mais aussi des infographies, des vidéos, des podcasts, des interviews: tout le contenu que vous proposerez sur internet est présentable en pyramide inversée.

3. Ton entrée en scène tu soigneras

Les journalistes travaillent particulièrement les premières phrases de leurs articles, car ils savent que s’ils n’accrochent pas tout de suite les lecteurs ils les perdront.

C’est exactement la même chose sur internet. Vous avez quelques secondes pour accrocher vos visiteurs, car s’y vous n’y parvenez pas leur intérêt se portera sur la video d’après, la news Facebook d’après, le flux RSS d’après, le site d’après, etc.

4. En 10 mots tout tu diras

Un test de journaliste pour savoir si un article est bon est d’expliquer l’idée principale en un minimum de mots. Si l’article est bon, son idée directrice peut se résumer en un pitch de 10 mots ou moins.

Ce test est tout aussi pertinent sur le web: si vous n’arrivez pas à présenter clairement votre contenu en 10 mots ou moins, il faut probablement le retravailler (le rendre plus clair, mieux le structurer, le scinder en plusieurs partie si il aborde trop de choses, etc).

Le test des 10 mots a une autre utilité très intéressante pour les webmarketeurs. Voici la phrase que j’ai trouvée pour résumer ce post:

Voici 10 principes journalistiques utiles aux webmarketeurs.

7 mots, pas plus, pas moins. Maintenant, relisez le titre de l’article.

Il y a comme un air de famille, et pour cause: le titre est tiré du pitch. Si vous avez un bon pitch, vous n’aurez qu’à le modifier un peu et vous aurez votre titre. Le plus souvent il inclut naturellement votre mot clé principal et est donc facile à optimiser pour le SEO. Il ne vous reste qu’à le raccourcir un peu, ce qui nous amène au commandement suivant:

5. Le superflu tu élimineras

Un bon contenu web ou un bon article de journal doivent être intenses, et utiles pour le lecteur. Il doivent lui apporter au plus vite de l’information, avant qu’il ne perde son intérêt. Vous devez donc aller droit au but, sans embarrasser le lecteur/l’auditeur avec des mots inutiles.

Pour cela je vous recommande d’écrire ou de scripter vos contenus sans vous fixer de contraintes, puis d’aller vous changer les idées quand c’est fait.

Après avoir fait d’autres choses, relisez tout phrase par phrase pour enlever le superflu. Vous verrez qu’il y a toujours des choses à faire sauter.

Vous aimez cet article?

Recevez toutes les nouveautés par e-mail chaque semaine, avec en prime quelques bons plans exclusifs!


Votre mail ne sera ni vendu, ni échangé, ni spammé.
 

Autre technique, la parataxe. Le principe: garder uniquement les mots indispensables.

La parataxe est le régime amaigrissant que j’ai fait subir au paragraphe précédent, qui s’il avait été grammaticalement correct aurait donné ceci:

Une autre technique à connaître est la parataxe. Le principe est de garder uniquement les mots indispensables.

Vous l’utilisiez probablement déjà, notamment pour vos articles et accroches, maintenant grâce à moi vous savez comment elle s’appelle ;) (en fait c’est grâce à un article d’Ecrire Pour le Web que je connais ce mot depuis quelques jours).

6. Tes sources tu soigneras

A moins que vous ne soyez un leader dans votre milieu, votre avis a assez peu d’importance. Vous ne pourrez donc pas vous contenter de dire les choses sans aucun élément de preuve. A l’instar des journalistes, il vous faudra citer des sources. Et des bonnes sources, car le problème sur internet n’est pas de trouver des sources mais de savoir lesquelles sont dignes de confiance.

Cela ne vous empêche pas de proposer aussi du contenu plus éditorial, dans lequel vous prenez position et donnez votre avis. Mais de même qu’un journal composé uniquement d’éditos ne vous intéresserait pas, votre contenu n’intéressera pas si vous ne proposez pas assez d’informations utiles et fiables.

7. Ta vie tu nous épargneras

Quand vous lisez la presse, ce n’est pas pour tout savoir sur la vie, les opinions et les envies des journalistes qui écrivent (chose que certains semblent ne pas comprendre d’ailleurs). De la même façon, vos prospects se préoccupent assez peu de votre existence et de ce qui vous arrive.

J’en entends certains objecter que ce qui marche aujourd’hui c’est le côté humain et personnel, et le rapport direct avec son public. C’est vrai, mais au fond ce n’est pas vous le centre d’intérêt.

Quand vous lisez la mini bio où j’explique comment j’ai pu développer mon entreprise et la faire connaître grâce au webmarketing, ce qui vous intéresse ce n’est pas l’ascension vers le succès d’un jeune homme au demeurant plutôt sympathique, mais que vous ne connaissez pas.

Ce qui vous intéresse, c’est de voir comment un entrepreneur pas si différent de vous se développe grâce au web, et de comprendre comment vous pourriez faire de même.

Ce qui intéresse les gens qui lisent vos contenus, c’est eux.

Bien sûr au fur et à mesure que vous développerez votre relation avec eux vous deviendrez de plus en plus important à leurs yeux. Pour certains vous deviendrez un expert respecté, un partenaire de confiance, et même parfois un ami.

Mais tout ça n’est possible qu’une fois que vous avez apporté beaucoup de valeur aux gens, en les informant sur ce qui les intéresse.

8. Ta thématique tu trouveras

Quand vous lisez La Tribune, ce n’est pas pour avoir des résultats sportifs. De même, les personnes qui s’abonnent pour recevoir vos contenus ont des attentes bien définies, qui dépendent de ce que vous montrez de vous: comment vous définissez votre métier, comment vous vous exprimez, où vous faites votre promotion, ce que vous leur avez promis à l’inscription, etc.

Il faut leur proposer des choses conformes à ce qu’ils attendent, et pour cela il vous devez en permanence vous former sur votre domaine d’expertise, vous renseigner sur votre public, et faire le lien entre les deux.

Ceci dit, une petite surprise de temps à autre ne sera pas pour leur déplaire, bien au contraire :)

9. Rigoureux et précis toujours tu seras

Vous êtes sur le web. Les sites douteux sont légion. Vous ne pouvez pas être vu comme l’un d’entre eux, sinon les prospects que vous ciblez iront s’informer ailleurs.

Soyez toujours honnête et précis,  et faites l’effort de respecter le point 6. Si vous ne trouvez pas de statistiques ou de sources fiables qui prouvent ce que vous dites, précisez que vous n’êtes pas sûr ou abstenez vous d’en parler.

10. De ceux qui réussissent sans honte tu t’inspireras

Pablo Picasso a dit un jour:

Les bons artistes sont des copieurs, les grands artistes sont des voleurs.

Faites une revue de presse n’importe quel jour de l’année, et vous constaterez que ce principe s’applique aussi aux journalistes.

Il en va de même pour les webmarketeurs. Vous n’aborderez aucun sujet qui n’aie jamais été traité avant (sauf quand vous annoncerez les actualités de votre entreprise). Vous ne direz jamais ou presque de choses qui n’aient pas déjà été dites avant par quelqu’un.

Et ça n’est pas un problème.

Ce qui compte c’est ce que vous apportez à votre communauté: si vous leur faites découvrir des contenus qui leurs sont utiles et qu’ils ne connaissaient pas vous leur apportez de la valeur, même si vous n’en êtes pas l’auteur.

Par ailleurs vous pouvez toujours apporter votre pierre à l’édifice, en analysant les choses, en donnant votre avis, en débattant avec vos abonnés, etc.

C’est ce que j’ai fait avec ma liste des 200 paramètres de l’algorithme Google de la semaine dernière. Au lieu de proposer une infographie en anglais, j’ai fait une traduction et j’ai donné mon avis sur certains points, quand je les trouvais peu clairs ou que je n’étais pas d’accord.

Ce qui ne m’a pas empêché de mentionner la source originale

Alors admettez que comme tout le monde vous vous inspirez de ce que font les autres, personne ne vous en voudra. Au contraire, vous pouvez même devenir celui qui a toujours les bonnes sources et les bons contacts, et qui sait tout ce qui se passe dans son domaine.


11 réponses à “10 règles de journalisme utiles aux webmarketeurs”

  1. Sylvain 17 juin 2013 à 23 h 34 min #

    Salut Collègue kaféiné,

    Article fort sympatoche, très intéressant et instructif. Comme toujours ici finalement :)

    J’aime bien le point 4 même s’il me déstabilise un peu par rapport à mon blog… Ben oui que ce soit en 10 mots ou même 100 pages, je sais finalement pas trop quoi dire pour résumer son idée directrice.

    M’enfin bon, ça me va bien comme ça.

    Quant à la « parataxe », j’ai d’ores-et-déjà noté ce mot assurément garant d’une future reconnaissance sociale qui me fuit depuis si longtemps mais que je connaitrai à coup sur lorsque je l’emploierai devant mes amis, collègues et autres membres de ma famille.

    Un grand merci pour ça ;)

    Cordialisme parataxé mais sincère,
    Sylvain

    • Samuel 18 juin 2013 à 10 h 45 min #

      Salut à toi,

      L’idée directrice de ton blog?

      La fête du oueb, du marketing et du slip.

      En temps normal une telle fulgurance créative aurait été facturée d’un montant à 5 ou 6 chiffres, mais pas de ça entre nous.

      Après ta réinterprétation magistrale de mon logo, c’est avec grand plaisir que je te laisse toute latitude pour utiliser à ta guise ce slogan :)

      Et tant mieux si j’ai pu un peu étoffer ton vocabulaire. Que la parataxe t’apporte le statut et le prestige que tu mérites, que ce soit chez toi ou dans les dîners mondains!

      En tout cas merci pour les compliments qui me font ma fois bien plaisir.

      Cordialisme pas taxé d’insincère,
      Samuel

  2. 4h18 18 juin 2013 à 16 h 08 min #

    Pop !

    Pas d’accord sur le point 7.
    Sans rentrer dans le détail de ma vie, en marketing, comme ailleurs, ce qui est important, c’est le contexte.

    Ce qui fait la différence entre entrepreneur, c’est le contexte et l’approche. Sinon, on appliquerait exactement tous les mêmes recettes et on serait tous blindés. C’est pas le cas ^^

    Donc, distiller un peu de ci, de là, des bouts de sa vie, d’une ça nous rends humain, et ça, question blogging, le lecteur apprécie, de plus, cela permet de créer la confiance, l’identification, etc… Tout ces trucs utiles au marketing.

    Il faut savoir doser, donc tester, et trouver la juste valeur (:

    • Samuel 18 juin 2013 à 16 h 49 min #

      Salut :)

      Quand un blogueur fait un article purement perso, c’est vrai que ça l’humanise, mais moi je me dit toujours « mais osef, pourquoi il/elle me parle de ça? ». Mais je pense être moins curieux de la vie des autres que la moyenne ceci dit.

      Après mettre de l’humain dans ses articles c’est autre chose, mais là on rejoint ce que je disais: c’est utile quand ce qu’on raconte sur nous ressemble à ce que vit le lecteur ou le fait réfléchir, et peut l’aider lui. Son intérêt est plus porté sur sa situation que sur la nôtre, qui n’est qu’un « cas d’école » qu’il utilise pour progresser.

      Mais t’as pas tort, faut tester (faut toujours tester de toute façon ;)). Peut-être que j’aurais du succès avec des articles où je parle plus de moi.

      Le truc c’est que j’aime bien séparer clairement vie professionnelle et vie privée (mais si, la vie privée, ce truc du 20ème siècle auquel les gens tenaient beaucoup, rappelle-toi :D).

  3. Sylvain 18 juin 2013 à 19 h 07 min #

    « La fête du oueb, du marketing et du slip »

    En voilà un slogan qu’il est bon, je le garde au chaud si tu me le permets :) ;)

    • Samuel 18 juin 2013 à 21 h 37 min #

      Mais fais donc, la joie de le redécouvrir quand tu l’utiliseras sera ma rémunération :)

  4. Florent 19 juin 2013 à 11 h 03 min #

    J’ai adoré les 10 commandements du journaliste.

    « Content is king » et c’est bien vrai…

    7. Ta vie tu nous épargneras : Cash mais véridique… je sais pas si tous les commandements/titres sont de toi mais il sont excellents ;-)

    • Samuel 19 juin 2013 à 11 h 50 min #

      Merci, tous les commandements sont bien de moi ;)

  5. Cécile 19 juin 2013 à 11 h 17 min #

    Bonjour,
    Merci beaucoup pour cet article très intéressant qui nous rappele les règles essentielles pour toujours améliorer notre contenu.

Trackbacks and Pingbacks

  1. 10 règles de journalisme utiles aux webmarketeurs Com j'aime - 19 juin 2013

    [...] See on http://www.kafeinemarketing.com [...]

  2. Kafeine marketing, le blog qui s'occupe de ta stratégie web! | Tranches De Marketing - 3 juillet 2013

    [...] D’ailleurs, je dois avouer que si désormais ma compagnie est toujours recherchée lors des réceptions de l’ambassadeur, c’est certes parce que j’ai toujours avec moi une boîte de Ferrero Rocher (ndlr : ou mes Paniers de Yoplait), mais aussi (et surtout) parce que je sais ce qu’est une parataxe. [...]

Plus dans Webmarketing
20 conseils pour optimiser vos CTA
Voici d’où viennent vos clients
Vos visiteurs écoutent WIIFM
Fermer